La Demande

Joel Coqueugniot et François Guillot

Après 3 années de visites et d’ouvertures dans les Gorges du Verdon dans les secteurs de Saint Maurin et de Mayreste, c’est en octobre 1968 que François Guillot et Joël Coqueugniot réalisent la première de la Demande dans l’Escalès. Après l’ascension des Enragés dans la Paroi du Duc en août par leurs amis parisiens, cette voie marque le début de l’exploration de l’Escalès.

 

François Guillot, l’alpinisme et l’escalade :
15/9/43 : naissance à Uzés
1956/1957 : premières expériences de grimpe à chamonix
1959 : arrivée au CAF de Marseille et début de l’escalade dans les Calanques
1961 : premières expériences en alpinisme avec le CAF de Marseille à Ailefroide
1963 : entrée au Groupe des Grimpeurs Marseillais de Georges Livanos et premières « grandes courses » à Chamonix  dont l’arrête sud de la Noire de Peuterey avec Jacques Mambré
1964 : une année marquante en alpinisme. En juin, 10 grandes courses en Oisan avec H. Agresti, B. Amy, etc … ; en juillet, Eperon Walker aux Grandes Jorasses en 12 heures avec François Régis Raybaud, le meilleur temps était de 15 h par Bérardini/Paragot; en août, stage FFM « grandes difficultés » organisé par Georges Livanos dans le massif de la Civetta dans les Dolomites où le groupe réalise 8 ascensions en 2 semaines, toutes dans la journée, dont la voie Carlesso à la Torre Trieste en 7 h et le dièdre Phillips Flamm à la face nord de la Civetta en 10 h
1965 : quelques grandes courses dans le massif du Mont Blanc : pilier Bonati avec Julio Villar un espagnol rencontré dans un bar à Chamonix, voie Ratti en face ouest de l’Aiguille Noire de Peuterey avec la bande de copains marseillais du CAF…
1966 : après un séjour au Caucase en URSS où il réalise quelques grandes courses (Elbrouz, pic Schurovski face nord, Ushba) très instructives dans le contexte politique, météo, et topographique de ce grand massif, François revient à Chamonix où il participe au sauvetage des deux allemands en face ouest des Drus avec Gary Heming, René Demaison, Lothar Mauch, Mike Burke, Gilles Bodin, Guerart Bauer et Vincent Mercié. Ce sauvetage a fait la une de tous les journaux à l’époque (voir le livre « Montagne à la une »)
1967 : seconde ascension de la directe américaine à la face ouest des Drus avec Jacques Kelle
1968 : expédition du CAF de Marseille à la face est du Fitz Roy (El Chalten) en Patagonie sous la direction de François (ce fut un échec essentiellement dû à la météo très dure, mais une grande expérience). Au retour Chantal et François débutent une relation qui s’avérera durable. Fin juin, 5ème ascension de la face sud du Fou à Chamonix intégralement en libre, excepté le toit en 7 de la première longueur; en août stage d’aspirant guide entré major sorti major; en octobre première de la Demande à l’Escalès dans le Verdon avec Joël Coqueugniot
1969 : Ouverture de l’Offre dans l’Escalès (Verdon) avec M. Coquillat. Entrée à l’EMHM comme guide instructeur de haute montagne. Mariage avec Chantal
1971 : expédition Nationale au pilier ouest du Makalu en Himalaya; à son retour, François devient Guide de haute Montagne avec entre autres Ceccinel, Nominé,JJ Roland, etc… Cette même année il débute une carrière professionnelle de 25 ans à la COMEX à Marseille.
1972 : Ouverture de « l’Arête du Belvédère » dans le Verdon avec B. Bouscasse. Ouverture du « Pilier des Ecureuils » dans le Verdon avec Joël Coqueugniot
1974 : Ouverture de « l’Estamporanée » dans le Verdon avec B. Domenech
1975 : Ouverture de « Péril rouge » dans l’Escalès avec Guy Abert. Suite à un accident de grimpe dans les Gorges du Verdon François et Chantal achètent leur maison à la Palud. C’est aussi l’année de l’expédition au Groenland avec Chantal et entre autres les Bernard, Amy, Domenech, Gorgeon, Chapoutot…
1996 : après toutes ces années à travailler loin de la montagne, François met fin à sa carrière à la Comex pour enfin profiter.
 Depuis, Chantal et François dédient leur temps à voyager dans le monde pour grimper avec leurs amis, essentiellement en « sport climbing ». Ils passent dès lors plus de temps à La Palud où ils font pleinement partie de la communauté paluarde.

Joël Coqueugniot, l’alpinisme et l’escalade :

 27/11/1945 : naissance à Dakar
 1965 :  arrivée à Marseille et découverte de l’escalade dans les Calanques
 1966 : inscription au CAF de Marseille
 1967 : en mars, ouverture de « la Coryphène » avec C. Cassin, puis départ, toujours avec C. Cassin, pour sa première grande course  : la Walker en face nord des Grandes Jorasses, dans le mauvais temps
 1968 : une année très riche. Tout d’abord, l’expédition avec le CAF de Marseille, sous la direction de François Guillot, en Patagonie, échec à la face est du Fitz Roy (El Chalten); puis la répétition du pilier Bonatti aux Drus et enfin, en octobre, l’ouverture de La Demande dans l’Escalès avec François Guillot.
 1969 : première ascension rocheuse en solitaire à la face ouest des Petites Jorasses dans le massif du Mont-Blanc
 1970 : alors que Joël n’était pas sûr de réussir, il sort major de son stage d’aspi guide. Il réalise ensuite la première solitaire de la face nord des Drus et la 7ème ascension de la voie Cornuau-Davaille, avec François Guillot dans la face nord des Droites dans le massif du Mont-Blanc. Cette année là est aussi celle où il ouvre, avec Bruno Dineur,  un nouvel itinéraire sur la face nord-ouest des Grands Charmoz (aiguilles de Chamonix) : le pilier Coqueugniot deviendra un itinéraire classique avant de s’effondrer en 1980
 1971 : à l’assaut des parois de l’Amérique du nord. 1ère ascension du Rooster Comb dans le massif du McKinley avec Patrick Cordier; puis 2nde ascension de la Tour de la Fleur de Lotus avec Bernard Amy et P. Cordier et, toujours avec P. Cordier, première ascension française du Salathé Wall à El Capitan, au Yosemite, en 3 jours
 1972 : Joël réalise la première solitaire du Nant Blanc à l’Aiguille Verte dans le Massif du Mont-Blanc
 1973 : 8 jours après être sorti 1er ex aequo du stage de guide de haute montagne, Joël et Bruno Gaschignard tentent l’ouverture d’un nouvel itinéraire dans la face ouest des Drus. Pris par le mauvais temps, ils rebroussent chemin et, lors de la descente en rappel, Joël fait une chute de 400 mètres. Il sortira du coma deux mois plus tard. Pendant sa longue convalescence, il débute ses études de dentiste.
 1975 : Après une longue rééducation, Joël réalise, en solitaire, la première ascension du Chogolisa VI en 2 jours, dans le Karakoram au Pakistan
 1977 : « Ascencion de l’éperon Croz aux grandes Jorasses: départ avec G. Lucazeau pour une ascension essentiellement rocheuse, 1 piolet droit chacun,3 broches à glace ….et nous avons fait 4 longueurs sans les crampons sans avoir grimpé en Écosse….. beaucoup d’engagement, bcp d’expo! »
 1982 : Ascension de l’Ama Dablam (6850m) dans le massif de L’Everest avec R. Renaud
 Depuis le milieu des années 80, Joël prend plaisir à grimper de belles voies en 6A dans le sud de la France et à randonner.